La « photothérapie »

previous arrow
next arrow
Slider

Qu’est-ce que c’est ?

Mon approche de la “photothérapie”, ou “photo à but thérapeutique”, c’est l’idée de vivre l’expérience d’une séance photo dans un but de mieux-être, et plus globalement, d’utiliser la photographie pour prendre du recul sur l’image que vous avez de vous-même. Mais cela va plus loin : c’est aussi vous offrir l’occasion de porter sur vous un regard plus bienveillant, et ainsi travailler sur l’estime de soi.

Pour qui ?

Ce concept peut vous parler si vous êtes dans une situation où un blocage physique ou psychologique vous empêche de vous épanouir, ou si vous souhaitez simplement redonner un coup de boost à votre confiance en vous.

Parmi les blocages, beaucoup de femmes viennent par exemple me voir en raison de leur poids, devenu comme une obsession, leur empoisonnant la vie. Nombre de femmes estiment leur ventre trop gros (parfois des suites d’une grossesse), et ne voient que lui au quotidien. Cela entrave leur vie de tous les jours. Elles ont essayé toute sorte de régimes, de faire du sport, mais le fait est qu’elles se retrouvent en situation d’échec permanent. Si vous êtes vous aussi dans ce cas, peut-être aimeriez vous stopper cette lutte permanente contre vous-même ?

Il peut s’agir de tout type de complexe lié au corps : de l’acné, des vergetures, une cicatrice, une maladie, une transition sexuelle… ou simplement les signes du temps qui passent : la peau qui s’affaisse et les rides, vous n’arrivez pas à accepter ce corps qui change.

Parfois aussi, ce peut être pour garder la trace d’une étape de votre vie, comme vous raser les cheveux, immortaliser votre corps avant un tatouage ou une grossesse, fêter un « renouveau » dans votre vie (être sorti·e d’une relation toxique par exemple…), etc.

Vous pouvez aussi me contacter avec l’envie de mettre en scène une partie de votre vie pour l’exorciser (traumatisme, etc.), ou si vous souhaitez faire de votre corps le support d’un message militant

Si vous êtes dans une situation où une maladie occupe une grande place dans votre vie, c’est l’occasion de prendre le temps de réapprécier ce corps qui a pu être « maltraité » dans le parcours de soin. De le voir sous un autre aspect que l’approche purement médicale. En somme, vous rappeler que vous n’êtes pas que votre maladie, mais bien plus que ça.

Si la photothérapie s’adresse tant aux femmes qu’aux hommes, ce sont souvent les femmes qui décident de franchir le pas, la pression sociale étant malheureusement plus lourde à porter pour nous.

J’ai à cœur également de représenter la femme au-delà des passages de sa vie. Dans les photos de grossesse, je souhaite photographier la femme avant de photographier la mère. Dans le bouleversement de la ménopause, je souhaite montrer que la féminité n’a pas disparu. Nous ne sommes pas que notre enveloppe corporelle !

Pourquoi ?

Nous sommes habitué·es à voir des corps parfaits à chaque coin de rue, ou dans chaque pixel… Mais étrangement, personne ne ressemble à ces êtres « sans défauts », alors que paradoxalement, c’est un « objectif » pour beaucoup d’entre nous. Même les mannequins ont des complexes !

Il est devenu notre quotidien de chercher la perfection, dans un monde où nous sommes en permanence évalué·es depuis l’enfance, où le jugement d’autrui est omniprésent et envahissant.

Alors on se conforme, ou on cherche à atteindre ce que l’on pense être la norme. Parfois on y arrive, en nous « relookant », mais on ne sent pas nous-mêmes, et parfois c’est une lutte sans fin qui peut au mieux coûter cher, au pire abîmer profondément notre confiance en soi, notre rapport à nous-même et aux autres.

Lorsque nous nous regardons devant un miroir, notre regard n’est pas objectif et notre mauvais a-priori sur nous fausse notre jugement. Sans parler des lumières de la salle de bain peu flatteuses, et d’un regard sur nous-même toujours orienté du haut vers le bas. La photo-thérapie peut permettre de se voir de manière objective, car vous confiez au photographe votre image et vous lui permettez de voir au-delà de ce regard trop sévère, sous des angles que vous ne pouvez pas voir vous-même (vous êtes-vous déjà vu·es de dos ?), et avec une lumière plus douce et naturelle.

Par ailleurs, il est parfois difficile d’accepter l’évolution de notre corps tant on voudrait le garder figé. Les vergetures, les cicatrices, les rides sont le reflet des changements que notre corps a connu, et donc de notre histoire. La « société du paraître » voit tout cela comme des défauts physiques, mais n’est-ce pas renier notre histoire que de vouloir les faire disparaitre ?

Et si nous tentions, ensemble, de transformer vos complexes en simples et innocents “critères physiques” , symbole de votre vécu ?

Cela ne fonctionne pas forcément d’un claquement de doigt, ce n’est pas “magique”. Cela peut prendre du temps comme dans le cas d’une thérapie. Parfois, il peut s’agir juste d’un petit coup de pouce pour le moral, ou d’un coup de pied dans vos idées préconçues sur vous. Mais si votre mal est plus profond, cela ne remplacera pas le suivi plus approfondi avec un·e psychologue. Si vous suivez déjà une thérapie, n’hésitez pas à lui en parler pour avoir son avis et vérifier avec vous que vous êtes bien prêt·e !

Dans tous les cas, c’est une expérience enrichissante, durant laquelle, pour une fois, vous avez le droit de penser à vous, d’être narcissique, d’avoir envie de vous sentir beau ou belle et de vous dire « wahou, c’est moi ça ?! »

… et ça restera entre nous ! (sauf si vous voulez montrer au monde entier à quel point vous êtes génial·e, ça, vous pourrez aussi) Aucune photo ne sera publiée sans votre accord.

Mon approche de la photothérapie

Je suis venue à la photothérapie un peu par hasard, sans savoir que cette notion existait, mais en remarquant le bien-être que cela pouvait apporter au fil de mes séances photos.

J’ai débuté la photographie à l’adolescence avec une amie chère, et nous photographier mutuellement nous faisait beaucoup de bien, à une période de la vie où les complexes ont la peau dure. Par la suite, des personnes m’ont contactées à plusieurs reprises avec pour objectif tantôt d’apprendre à être à l’aise devant un objectif, tantôt de donner un coup de boost à leur confiance, ou encore dans une démarche militante.

Au fil de mes commandes ou de mes collaborations, et même quand ce n’était pas forcément le but de la séance, les modèles se sont souvent exprimé·es sur le fait que faire cette séance et se voir ensuite leur a fait un bien fou.

Vous trouverez certains de ces témoignages sur mon site.

Je pense profondément que la photo mérite de retrouver sa place dans le mieux-être des gens, après avoir été le support au marketing, à la retouche intensive, à la surconsommation. À travers mon regard je souhaite faire du bien aux autres, réparer quelque chose en vous.

Par ailleurs, vous avez certainement constaté que le nu occupait une part importante de mon travail. Il s’agit souvent d’un souhait de la personne photographiée d’aller jusqu’au bout de la démarche, comme si « se mettre à nu » était réalisé au sens propre ! Bien sûr, chacun va jusqu’où il veut, et la nudité n’est pas un « passage obligé ». Mais cette séance photo est parfois considérée comme le moment ou jamais de se lâcher, de s’accepter en profondeur, d’aller plus loin qu’un simple portrait. Dans ma formule, vous verrez que nous pouvons y arriver progressivement, après plusieurs échanges.

Enfin, par principe, je n’utiliserai pas Photoshop pour gommer vos “imperfections”, et les photos se feront en lumière naturelle pour plus d’authenticité.

Ma déontologie – Mes limites

Il est important de préciser que je ne suis pas thérapeute, ce sont les photos qui sont thérapeutiques. Mon approche est davantage celle du développement personnel que de la thérapie, car je n’ai pas la formation nécessaire à une prise en charge thérapeutique (même si je m’y forme !). Il faut voir ce que je propose plutôt comme un outil, qui peut vous accompagner et vous aider ponctuellement, ou dans le cadre par exemple d’une thérapie plus globale avec un·e psychologue, dans un suivi avec un·e diététicien·e, un·e coach, etc. Je pourrais vous apporter des pistes, essayer de relever avec vous des choses dont vous n’aviez peut-être pas conscience, mais si je perçois une souffrance profonde chez vous, ou si je connais un·e professionnel·le qui pourrait vous être particulièrement bénéfique, je vous orienterai vers elle ou lui.

Enfin, je garde une certaine prudence avec des profils ou types de pathologie tels que les maladies mentales, comme l’anorexie ou la dysmorphophobie sévère, par souci de ne pas faire « plus de mal que de bien » tant ce trouble déforme la perception de soi. Ainsi, si je ne suis pas convaincue qu’une séance photo puisse vous être bénéfique, je souhaite que vous soyez déjà dans une démarche de soin en parallèle avec un·e thérapeute et que vous ayez échangé avec lui au préalable sur ce projet.

Enfin, il est utile de préciser que dès la prise de contact, je m’engage à vous recevoir dans la bienveillance, le non-jugement, le respect, et bien sûr la confidentialité (aucune photo ni aucun témoignage ne sont publiés sans votre consentement).

► Maintenant que vous en savez plus, prête à découvrir ma formule ? 🙂